L’essor du digital

Suite au 1er confinement en mars 2020, l’importance du digital en entreprise a été plus que jamais mis en lumière. Avec l’arrivée du télétravail, les agences immobilières ont elles aussi dû s’adapter. En effet, tous les documents immobiliers ont été dématérialisés, et ceux même pour les actes notariés ! Grâce à un décret mis en place en avril, la signature électronique a été rendue possible pour permettre au marché immobilier d’être fluidifié. Professionnels et particuliers se sont alors adaptés. Entre recherches immobilières, visites virtuelles et autres rendez-vous administratifs, le digital est devenu pour tout le monde incontournable !

En 2021, c’est toujours d’actualité ! Tous les changements qui ont opéré à ce niveau sont devenus de véritables tendances et les outils digitaux pour les agents immobiliers se multiplient.

 

De nouvelles envies…

Le marché immobilier se transforme peu à peu face à une majorité de Français qui veulent du changement !

Avec ses longues périodes où les Français ont été contraints de rester chez eux, nombreux sont les citadins à vouloir désormais s’écarter des centres-villes et se rapprocher du calme. Ils souhaitent investir dans plus grand et ainsi améliorer leur cadre de vie en achetant un bien avec une terrasse ou dans le meilleur des cas, un jardin. En effet, les recherches de logements dans des départements ruraux ont fortement augmenté (112% de recherches en plus calculées du 11 au 24 mai 2020 par rapport à l'année précédente).

Objectif : abandonner le stress de la ville et opter pour le calme et la verdure des périphéries !

Cette année, le développement du télétravail devrait soutenir davantage cette tendance. Prise de conscience collective ou simple accélérateur d’un changement de mode de vie, un mouvement semble se dessiner et conduirait à de nouveaux projets. Les Français s’arrachent les logements en périphéries ou dans les villes dites « moyennes ». 

Le marché immobilier s’adapte chaque jour à des acheteurs et vendeurs qui souhaitent préserver leur vie personnelle mais qui souhaitent aussi diminuer leurs charges.

 

Les nouvelles conditions d’octroi des prêts

Pour soutenir le marché immobilier et permettre à un grand nombre de personnes d’accéder à la propriété, les banques ont assouplies leurs conditions d’emprunts. Les taux d’intérêt sont restés bas et s’établissent autour de 1,14 % en moyenne en février 2021, toutes durées confondues. De plus, les établissements financiers semblent rester vigilants face à une potentielle hausse du chômage en 2021 et par conséquent une baisse de crédits immobiliers.

En février, la baisse enregistrée des taux est de 0,05 % à 0,25 %. En moyenne, les taux sont actuellement de 1,05 % sur 15 ans, 1,25 % sur 20 ans et 1,45 % sur 25 ans selon la Banque de France.

Le taux d’endettement maximal est récemment passé de 33% à 35%, tandis que la durée maximale d’un crédit immobilier pour un logement ancien ou l’acquisition d’un bien neuf est passée de 25 à 27 ans.

 

Résistance du marché de l’ancien VS pénurie sur le marché du neuf

Malgré les impacts économiques sur le marché immobilier, l’activité de l’immobilier ancien semble avoir été relativement épargné. Et le premier trimestre 2021 le confirme !

Selon les dernières statistiques, le nombre d’opérations immobilières dans l’ancien reste stable, et pourrait même augmenter !

 

 

Pour le marché immobilier du neuf, c’est une autre histoire ! En effet, les mises en vente de logement neufs ont fortement régressé. Beaucoup de chantiers sont reportés et certains projets sont tout bonnement annulés. Mais face à une offre qui baisse, la demande pour ce type de logement continue : mécaniquement, les prix augmentent.

À quoi peut-on s’attendre pour 2021 ?

Il est évident que le marché immobilier ne sortira pas indemne de la crise économique prévue. Cependant, il ne devrait pas non plus s’effondrer ! Les taux d’emprunts exceptionnellement bas motivent les ménages à acheter, en plus de conditions de prêts plus favorables. Si la solvabilité des acquéreurs est essentielle, et que les conditions de crédit se durcissent un peu, les Français continuent de se tourner vers l’immobilier, une valeur refuge. De plus, la Banque Centrale Européenne a annoncé une prolongation de sa politique qui maintiendrait des taux d’intérêt bas, au moins jusqu’en 2022.

Le contexte sanitaire incertain fait qu’il est encore difficile de mesurer tous les impacts de la crise et de se projeter. Malgré le climat d’incertitude relatif à l’évolution du chômage dans les mois à venir, 2021 devrait continuer à offrir des conditions exceptionnelles d’achat.  


Partagez l’article